Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

News

News

Blog de relais


70 ans après sa mort, le souvenir d'Hitler continue de hanter sa ville natale

Publié par La Régionale.com sur 29 Avril 2015, 11:42am

Catégories : #planète

 

Soixante-dix ans après sa mort, le dictateur continue de jeter une ombre sur Braunau-am-Inn (Autriche), sa ville natale.

"Chaque année c'est le même cirque", marmonne un passant à la vue du maigre rassemblement devant la façade jaune décrépite. Soixante-dix ans après le suicide d'Adolf Hitler, le 30 avril 1945, le dictateur continue de jeter une ombre sur Braunau-am-Inn (Autriche), sa ville natale. Ce samedi 18 avril, les quelques dizaines d'antifascistes en sweat-shirts noirs à capuche, chaussés de lunettes de soleil malgré la pluie, détonnent dans le paysage pastel de cette bourgade de l'ouest de l'Autriche, à la frontière avec la Bavière allemande. La grosse bâtisse fatiguée de 800 mètres carrés devant laquelle ils se rassemblent est la maison natale d'Hitler. Elle symbolise, en plein centre-ville, ce passé qui ne passe pas.

 

"Elle est là pourtant, et il faut faire avec. C'est un devoir."

Malgré la pierre mémoriale en hommage aux victimes du nazisme, Astrid Hainz, organisatrice du défilé, accuse d'ailleurs la ville de faire comme si la maison n'existait pas. "Elle est là pourtant, et il faut faire avec. C'est un devoir." Le gouvernement autrichien, soucieux d'éviter que l'endroit ne devienne un lieu de pélerinage néonazi, avait signé un bail en 1972 avec la propriétaire Gerlinde Pommer. Cet accord coûteux - 4 800 euros de loyer mensuel - stipulait que le bâtiment ne pouvait servir qu'à des usages socio-éducatifs ou administratifs, explique Karl-Heinz Grundböck, un porte-parole du ministère de l'Intérieur.  

L'Etat perd patience

C'est ainsi que la "maison d'Hitler", comme on l'appelle localement, est devenue un centre d'accueil pour personnes handicapées - précisément une catégorie de la population qui avait été victime du régime nazi. L'arrangement a brusquement pris fin 35 ans plus tard, devant le refus de Mme Pommer d'accepter des travaux de rénovation indispensables. La maison de trois étages est vide depuis 2011, au grand dam de l'Etat, qui a dépensé depuis lors quelque 240.000 euros pour la location d'un bâtiment à l'abandon, et qui perd patience. "Nous avons fait une offre d'achat, mais nous envisageons aussi une expropriation", confirme M. Grundböck. A Braunau, 17 000 habitants, les débats sont vifs entre ceux qui voudraient faire de la maison un centre d'accueil pour réfugiés, et ceux qui préféreraient y voir un musée sur la libération de l'Autriche. La propriétaire, elle, garde un silence dont elle ne s'est jamais départie. Sa famille possède les lieux depuis plus d'un siècle, avec une courte interruption pendant la période nazie.

Source: AFP.com

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents